MATIERE PREMIERE DE L'INFORMATION

De même que le bois, le métal ou le verre servent de matière première à la fabrication d'objet, les types de données constituent la matière première de l'information. Il convient donc de les choisir avec soin lors de la structuration de la base.

On entend par types de données le classement des informations en type "texte", "numérique", "date", "images", etc.

 

Code
article

Libellé

Conditionnement
(pièces/paquet)

Prix
unitaire

10456

Thyristor

5

25 E

15235

Chapouniard

1

12 E

12400

Glablutz

20

2 E

 

Par exemple la raison sociale d'une entreprise est de type texte alors que le nombre de ses employés est de type entier numérique. La spécification du type de données se justifie par les opérations ou traitement que l'application doit pouvoir effectuer. Par exemple un prix unitaire sera de type numérique afin de pouvoir calculer le total d'une facture. En revanche, un code postal et un numéro de téléphone seront de type texte car il ne font l'objet d'aucun calcul.

En informatique de gestion, les types de données les plus utilisés sont "texte" (anciennement alphanumérique), "numérique" et "date". D'autres types sont pratiques pour certains cas : booléen (valeur = vrai ou faux), mémo (texte de plusieurs milliers de caractères).

Enfin d'autres types de données sont réservés à des applications particulières : champs binaires capables de stocker de la musique, des images, des documents tableur ou traitement de texte. Nous ne les examinerons pas du fait de leur peu d'utilisation en informatique de gestion.

 

TYPES DE DONNEES

     

Autres possibilités :

25 juin à 10 heures + 10,5 = 5 juillet à 22 heures

8 avril 1999 - 50 = 17 février 1999

2 octobre 1999 - 8 mars 1999 = 208

Dans le dernier exemple, 208 représente le nombre de jours écoulés entre deux dates. Toute autre opération arithmétique (par exemple multiplier une date par un réel ou additionner deux dates) ne provoquerait pas d'erreur mais n'aurait aucun sens. Nous retiendrons donc d'une façon axiomatique que les opérations possibles sont :

 

NOTIONS FONDAMENTALES

Les types de données principalement utilisées sont :

 

Incidence sur le rôle théorique de la base de données :

La description des types de données se retrouve dans les métadonnées. Leur rôle, dans une base de données, est donc de décrire non seulement les tables (noms de tables et de colonnes) mais aussi le type de donnée de chaque champ. En plus de cette tâche de description, les métadonnées vérifieront la validité des données avant leur ajout dans la base. Par exemple, il ne sera pas possible de faire entrer du texte dans un champ numérique.

 

Ne pas se tromper :

Au moment de la structuration de la base, il est très important d'être attentif au choix du type de chaque champ. Toute rectification ultérieure peut être très coûteuse. Le changement de type de données est facile à effectuer dans les tables. Cependant les traitements (programmes, requêtes, écrans, états mais surtout communications avec d'autres processus externes à l'application) sont toujours prévus pour fonctionner avec un type précis de données. En cas de changement, il faut donc réécrire l'application ou du moins la vérifier. Ceci représente un travail énorme et peu fiable.

L'exemple le plus monstrueux est celui du passage à l'an 2000 de certaines applications un peu anciennes. Changer la structure des fichiers pour que ceux-ci acceptent la date avec le siècle ne pose pas de problème. En revanche, il a fallu vérifier une à une des millions de lignes de programme ! De coûteuses méthodes spécifiques d'adaptation de ces programmes ont dû être mises au point sans que l'on puisse être certain de leur totale efficacité.