STRUCTURATION DES DONNÉES EN TABLES

Étape 1 - la création des tables :

Les ensembles déterminés dans la section précédente sont transformés en tables

Tables de références :

Ce sont les tables qui contiennent des informations de base pour l'organisation : clients, fournisseurs, articles, taux de tva, commerciaux, etc.

Ces tables sont surtout sollicitées en lecture et peu en mise à jour

Dans notre exemple, nous avons donc deux tables de références, "Fournisseurs" et "Articles", structurées de la façon suivante :

Tables d'activité :

Ce sont les tables qui enregistrent l'activité proprement dite de l'organisation : commandes, factures, livraisons. Ces tables sont fortement sollicitées.

 Dans notre exemple, il n'y a qu'une seule table d'activité "Livraisons" structurée de la façon suivante :

 

Étape 2 - les clés primaires :

Chaque table doit posséder une clé primaire. Le plus simple est de laisser le SGBD numéroter les enregistrements en utilisant un champ à incrémentation automatique. Nos tables possèdent maintenant un champ supplémentaire chacune :

 

Étape 3 - les relations :

Principe :

Les informations des tables de références sont retirées des tables d'activité. Elles sont remplacées par des relations. Dans notre exemple, le nom du fournisseur, la référence de l'article et le nom de l'article ne figurent pas dans la structure de la table des livraisons.

Dans la table d'activités doit figurer une information permettant de retrouver sans ambiguïté l'enregistrement de la table de référence. Il faut donc utiliser la clé primaire de la table de référence. Pour recevoir la clé primaire d'une autre table (de références), il faut créer (dans la table d'activité) un champ de même nature et dimension que la clé primaire. Si la clé primaire est un numéro auto, alors il faut créer un champ numérique entier long pour la stocker.

 

Concrètement :

Dans notre exemple, la table d'activité ("Livraisons") doit recevoir les clés primaires des tables "Fournisseurs" et "Articles". Il faut donc ajouter deux champs à la table "Livraisons" qui devient :

Les champs CptFournisseur et CptArticle sont maintenant "Clé externe"

Enfin nous avons le schéma relationnel suivant :

 

Astuce pour réussir les relations :

En général, les relations vont des tables de références vers les tables d'activité.

 

Notion d'intégrité référentielle :

Si on considère qu'une table de référence est, en quelque sorte, une table mère et qu'une table d'activité est une table fille, alors l'intégrité référentielle permet de dire :

"il ne peut pas y avoir de fille sans mère"

 

Dans notre exemple, on dirait :

Donc les champs "clé externe" devront recevoir obligatoirement une clé valide. La plupart des SGBD (Oracle, Sql serveur, Access) permettent d'implanter facilement cette contrainte sur une table.

La manipulation d'implantation de l'intégrité référentielle entre deux tables dans Access est abordée pendant les TD.

 

NOTIONS FONDAMENTALES

La structuration des tables d'une base de données comporte :